Nombre total de pages vues

mardi 11 juin 2013

Rien ne peut être gratuit



La droite niortaise ment, de nouveau, dans les quotidiens d'aujourd'hui. Elle se fait un buzz en reniant ce qu'elle dénonce depuis 5 ans ; elle parle de gratuité là où il faut entendre accès ; elle parle de programme municipal dans une compétence territoriale...
Le bus gratuit? C'est quoi gratuit? Rien n'est gratuit. La culture n'est pas gratuite, les routes ne sont pas gratuites, les écoles ne sont pas gratuites. Rien n'est gratuit. Tout est payant, tout! L'impôt permet un accès solidaire en pondérant les prix du bus selon les revenus, le statut ou l'âge. Il donne un accès à la culture pour tous mais pas une gratuité, un accès car le vote de l'impôt et les choix l'ont permis. Il offre des tarifs solidaires dans les écoles. Il ouvre des possibles via le CCAS. 
L'impôt est cher mais il permet cela. Le coût d'un service est pondéré mais le choix a été fait que l'usager paie. Ainsi les parkings sont payants car la personne âgée, (par exemple, pour faire de la propagande de droite) qui n'a plus de voiture et prend le bus ne doit pas payer pour le service présent dont elle ne bénéficie pas. 
Le bus ne sera jamais gratuit. En plus la droite ne veut pas voter pour le transport en site propre qui permet une meilleure irrigation des trajets et accès. Ils votent contre l'augmentation de la taxe transport. Ils se font prendre en photo dans un bus gratuit qu'ils ont dénoncé en début de mandat. Comment financeraient-ils leur mesure au niveau de la CAN, rappelons-le quand même...?
En conseil municipal pareil : non aux impôts mais il faut faire ceci et cela. Donc on enlève quoi? Pas de réponse car pas de programme. 
Aux dernières législatives et cantonales nous avions eu droit des accusations sans programme pour des municipales. Pour les municipales, nous avons le droit à une proposition pour l'agglomération. Quand la  droite va-t-elle réviser sa leçon sur les compétences? Faire exprès de noyer le non-programme dans la confusion des territoires n'est pas constructif. Mais n'est pas là le but et l'enjeu quand on ne sait plus quoi dénoncer mais surtout quoi proposer.
Demain verrons-nous l'opposition assise derrière une crotte de chien, pointant un nid de poule ou encore pleurant le ravalement d'une église? Nous pouvons nous attendre au pire. 
Seule satisfaction, ils auront pris le bus au moins une fois durant ce mandat...ridicules comme un Raffarin dans le métro...


dimanche 9 juin 2013

La vidéo de la semaine



Merci les Guignols! Beaucoup de choses sont dites dans ce sketch. Et cela suffit hélas...

video

mardi 21 mai 2013

Défendre notre langue


Merde, en bon français, juron inimitable que je ne remplacerais certes pas pour un shit so british.
Bien sûr on nous surine que dans nombre d'écoles on instruit déjà nos étudiants dans la langue d'Adam Smith (dans celle de Shakespeare j'aurais hésité), qu'il est franchouillard de vouloir défendre notre langue dans un monde globalisé (en bon anglais traduit), qu'il faut vivre avec son temps bon sang de bon sang!!!!
Alignons alors nos universités aux écoles à fric qui utilisent l'anglais comme label rouge! Ignorons et continuons à faire ignorer que le Français est la langue officielle avec l'anglais de l'ONU, des Jeux Olympiques et de l'Union Européenne! Faute de vrai ministre à la francophonie, envoyons paître les 200 millions de personnes parlant notre langue.
La langue anglaise est certes la langue dite "universelle", elle doit être enseignée et plus encore dans nos formations. Mais au regard du niveau scolaire de nos enfants, adolescents et étudiants permettez-nous de préférer qu'ils sachent correctement leur langue maternelle. De plus être bilingue est formateur d'esprit.
Une langue est une tournure d'esprit, une conception de société, une façon de voir le monde. Est-il souhaité une mondialisation des pensées, une modélisation des comportements?
Aujourd'hui Vincent Peillon défend un renforcement de l'enseignement des langues régionales. Anticipe-t-il déjà l'avenir du Français?
Nous taquinons mais le calendrier est joueur entre des propos ministériels ce matin et l'examen du texte sur l'enseignement de l'anglais demain.
Si nous espérons conquérir le monde en apprenant la langue des puissants (rappelons que nous sommes quand même 5ème puissance mondiale avec une si petite prose...), si nous espérons donc et bien mettons nous au mandarin, les universités en sont déjà peuplées...



lundi 20 mai 2013

La vidéo de la semaine


Discours de Christiane Taubira en l'honneur de Jean Moulin lors d'une cérémonie à Istres.
Tout est dit, radicalement!

video

Et si c'était à refaire...


Reviendrions-nous sur ce lundi de Pentecôte? L'avons-nous même promis? Nous sommes passés d'une journée sèche enlevée, depuis 2008, à une journée lissée sur l'année, offerte pour les personnes âgées et personnes handicapées. Cette manne finance les structures d'accueil et d'aides depuis près de 10 ans.
Générosité forcée certes mais solidarité d'Etat. Une retour à la corvée moyen-âgeuse pour certains, nécessité absolue pour d'autres. D'ailleurs cette journée de solidarité rapporte tout de même 2,5 milliards d'Euros. Ce n'est pas une paille dans un contexte difficile et une augmentation croissante de la population dépendante.
Cependant la solidarité doit être totale. Jusqu'à présent, seuls les fonctionnaires et salariés du privé participent cette mesure. Depuis le 1er avril de cette année, les retraités imposables sont prélevés de 0,3% de leurs pensions pour financer la Contribution Solidarité Autonomie. Demain, le gouvernement envisage un élargissement aux professions libérales, artisans et agriculteurs.  La mesure semble déjà affoler les corporatismes. Il est vrai que Jean-Pierre Raffarin avait laissé cela de côté à l'époque pour ne pas se mettre à dos une partie de son électorat.
La contribution doit être élargie. Comme l'avait dit M. Raffarin, ce n'est pas une taxe supplémentaire mais un acte de solidarité. Vigilance aussi, il est anormal que des collectivités prennent en charge cette journée et l'offrent à leurs employés. Les habitants de la ville paient deux fois, une fois par leur fruit de leur travail, une fois par l'impôt.
Tout le monde doit participer, en toute égalité, n'en déplaise à certains....


dimanche 19 mai 2013

Le film de la semaine : Le Bon, la Brute et le Truand


Nouvelle rubrique inaugurée cette semaine. Un film, une semaine ou comment illustrer la vie politique locale et nationale en partant d'un titre.

Semaine tout en contraste. Dans le rôle du Bon, François Hollande a fait une conférence de presse plutôt offensive et honnête. Ce dernier point, si original dans le paysage politique, n'arrive pas à faire mouche. On le disait stratège, il ne l'est pas assez sûrement car il préfère l'affrontement sur les retraites au louvoiement, l'impopularité au culte de la personne. N'en déplaise à droite comme à gauche. Mais le vrai bon point de cette semaine est la promulgation de la loi permettant à tout à chacun de se marier. Malgré la récession économique, nous eûmes une ascension humaine. Attention dans le film, le Bon ne l'est pas tant que cela...
La Brute encore et toujours dans le football hélas. Mais avec ce sport à fric, gangréné par le capitalisme, nous ne sommes que dans l'une des conséquences de son Bling Bling. A force de faire baver devant une vitrine pleine d'argent on se prend un pavé. Le ministre en cause? 1800 policiers pour assurer l'ordre. Que faut-il de plus? L'armée? Quelle image pour tous à contre-courant du travail mené par des bénévoles dans tout le pays en quête d'exemplarité pour aider les jeunes.
Le Truand est local. Certains auront vu, quelques heures seulement et heureusement, un sondage organisé par un journal local pour les prochaines échéances socialistes pour élire leur candidat aux municipales. Ce type de sondage n'étant pas digne de journaliste, on peut se dire qu'il fut sûrement sorti d'un esprit sous l'emprise de la mode de l'effet buzz. les hebdomadaires nous ont habitué aux unes people ou racoleuses, la presse locale cherche l'angle pour faire vendre. Si on partait du postulat qu'un sondage est légitime, il faut au moins qu'il soit fait dans les règles de l'art : un panel adéquat, un nombre suffisant, une certitude géographique des sondés...De plus il faut être sûr que les personnes présentées soient candidates.


dimanche 12 mai 2013

La vidéo de la semaine


Le 10 mai, journée de l'abolition de l'esclavage, François Hollande fit un beau discours. C'est sans nul doute la vidéo de cette semaine très "fériée".
Il était accompagné de Christiane Taubira qui s'était illustrée le 23 mai 2001 par sa loi faisant de l'esclavage un crime contre l'humanité. La Ministre de la justice s'est exprimée aujourd'hui pour une politique foncière en faveur des descendants des esclaves. Un compromis pour aller dans le sens des associations qui réclament des réparations et ne pas dédire le Président de la République qui ne pense pas que cela soit une bonne réponse.